18 mars 2007

Drogues

Les grands mouvements coloniaux, commerce international  naissant, ont tout d’abord permis un brassage des drogues de tout continents (tabac, café, cannabis, opium, etc.). La consommation traditionnelle de drogues, réglementée par une coutume, fut alors largement outrepassée – à cause de l’absence de cadre culturel pour ritualiser la consommation de ces nouveaux produits.
Un peu plus tard, le développement scientifique a permis la création de produits plus nouveaux encore ; de la cocaïne à l’ecstasy, en passant par le LSD, sans oublier bien sûr toute la batterie de médicaments psychotropes modernes, l’évolution de la quantité et de la diversité des substances créées a été fulgurante.
Il eut en plus une forte interaction entre recherche et vente de drogues : aidé par les progrès techniques et scientifiques, le commerce de la drogue devint de plus en plus florissant et put alors investir en retour des moyens de plus en plus colossaux pour la recherche et l’amélioration des produits.
Dans une plus large mesure, le commerce mondial et la globalisation ont favorisé l’expansion de la toxicomanie, en accroissant les inégalités et la misère, terrain fertile pour les économies souterraines organisées autour du trafic de stupéfiants.
De même, l’évolution scientifique a également eut un impact sur une autre forme de misère : la misère spirituelle. En effet,  notre époque matérialiste ne laisse que difficilement la possibilité de contrecarrer ses peurs et ses excès grâce aux croyances en un dieu bienveillant ou en l’espoir d’une vie meilleure après la mort… 
L’individu s’est donc peu à peu trouvé face à un monde toujours plus grand, dans lequel il devient de plus en plus difficile de donner du sens. Et parallèlement, les drogues ont fleuris, de  plus en plus variées, de plus en plus puissantes et de plus en plus accessibles.

 

Retour en haut de page: VI.IntelComp

Posté par metaproject à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Drogues

Nouveau commentaire